info@gycaf.org
North America, Asia, Africa, South America, Europe
Financing Youth-led Climate Action
Jacques Moore
Home » Youth Climate Stories  »  Jacques Moore
Jacques Moore

Je suis Jacques Moore, un jeune de nature souvent timide et introvertie Ce qui ne me permettait pas de côtoyer les gens autour de moi, mais possédant un courage à l’intérieur de moi lorsqu’il s’agit de m’adresser à un public réuni, c’est cela ma force et ma passion ; Je suis un amoureux de la nature depuis l’enfance ; J’aime la méditation, la lecture, la musique et le voyage. Depuis le mois de février dernier, un ami à moi m’a envoyé un lien pour prendre part à une session de formation en virtuelle sur les questions de « changement climatique et la protection de l’environnement » qui a lieu en Nairobi. J’étais hyper content de m’être enfin retrouver avec d’autres jeunes amoureux de la nature et déterminés à apporter leur contribution en faveur d’une planète saine et vivable pour une société durable et prospère ; mais hélas ; la plupart, n’étaient pas de mon pays, sauf quelques dizaines seulement étaient de ma patrie, et j’ai pu comprendre par-là combien les jeunes de ma patrie n’étaient pas actifs dans ce secteur. « Alors que la lutte contre le réchauffement climatique est d’actualité à ces jours et c’est une responsabilité de tous et surtout celle de la jeunesse partout en Afrique ». Ayant suivi avec intérêt cette session de formation et obtenu le certificat de participation ; J’ai réuni le courage de faire la restitution de ces compétences acquises aux jeunes de ma patrie, c’est ainsi que j’ai dû contacter ceux qui avaient pris part ensemble avec moi, quatre seulement ont été d’accord et ils m’ont rejoint mais n’ayant pas de sou suffisant pour assurer.

Mon engagement à impliquer tous les jeunes de ma patrie dans cette lutte ne m’a pas laissé indiffèrent face à cette barrière financière qui venait de s’ériger devant nous. Nous avons lancé les démarches nécessaires avec un peu de moyens que je possédais, je vous assure que ce n’était pas facile, car je ne pouvais plus trouver sommeil, c’était une lourde responsabilité, la crainte de ne pas réussir, mais un courage et une détermination pour une cause noble d’intérêt général ; c’était suffisant comme motivation. Nous avons commencé la mobilisation en lançant des invitations aux jeunes et à plusieurs organisations et mouvements de jeunes à nous joindre à une session de restitution dénommée « Assemblée des Jeunes Ambassadeurs Panafricains pour l’environnement en RDC » ayant pour thème principal : « Engagement de la Jeunesse face au réchauffement climatique et à la protection de l’environnement » Nous avons créé de groupe WhatsApp, posté sur nos comptes Facebook, Instagram, Tik tok et même les médias pour essayer d’atteindre la plupart des jeunes. Nous avons rencontré des énormes difficultés financières tant logistiques, vu que cela allait se tenir en présentiel et virtuel, mais nous avons tenu le cap, vu que déjà la mobilisation nous rapportait quelques fruits. Nous ne pouvions plus virer en arrière. Nous avons multiplié les contacts en international et localement pour réunir une vingtaine de panelistes devant intervenir à cette session, nous avons écrit aux autorités nationales, locales et même aux instances supérieures et d’autres organisations internationales pour leur tenir informer de la tenue de l’activité, sans aucune réponse. Nous avons écrit à quelques entreprises de la place pour un sponsoring en vue de la réussite effective de l’activité sans succès. Waouh ! C’était terrible et chaud, la date de l’activité déjà fixée à tout le monde ; nous sommes à la veuille de l’activité, nous n’avions plus rien de

concret, l’informaticien nous appelles en dernière munîtes qu’il a eu un empêchement professionnel, du coup il faut trouver un autre pour la gestion de zoom. Cependant, j’ai pu rassuré l’équipe que « Nous allons réussir cette activité, gardez votre sang froid, car il faudrait mieux regarder au-delà ce que vous voyez aujourd’hui » C’était suffisant, comme de l’huile jetée dans le feu pour mes collègues qui semblaient être déjà affaiblis par la situation. Le Jour-J est arrivé, il est 13 :00’ la session commence à 14 :00’ heure locale, la salle est vide, la technique règle la mise en place logistique. A 13 :45’ quelques invités arrivent dans la salle, toujours pas de réglage zoom ; Oô là, la tension monte, vous avez des appels de partout demandant l’accès par zoom. A 14 :00’ la salle est presque au milieu, ça nous rassures mais le zoom pose de soucis, alors que plusieurs Jeunes s’impatientent et font pression par appels téléphoniques, je garde ma tête froide pour rassurer tout le monde qui avait le regard viré sur moi. A 14 :10’ l’informaticien nous donnes le signal du zoom et c’est parti, plusieurs jeunes de mon pays et d’autres pays africains plein à craquer se bousculent en virtuel pour rejoindre l’activité et déjà en présentiel la salle était à moitié pleine. Ainsi la session s’était très bien déroulée le premier jour, ce qui a ouvert le chemin pour le reste des jours car c’était pour trois jours d’affilés soit du 20 au 22 avril 2022. Alors, ça été une réussite totale,353 jeunes et 30 structures ont pris part à cette activité en virtuel et en présentiel. Nous avons pu informer et former les jeunes sur la lutte contre le réchauffement climatique et sur la protection de l’environnement.

La conscience de la jeunesse a été éveillée à cette assemblée, du fait qu’aujourd’hui, nous avons réussi à avoir une mobilisation sur terrain de différents jeunes partout dans les provinces de la RDC ; Nous avons déjà un comité dans la province de Lualaba, Lomami, Haut- Katanga, Kinshasa, Sud-Kivu, Nord Kivu, Bukavu, Goma, Kasai central, Bandoudou, Equateur etc. et d’autres provinces sont en mouvement d’organisation faute d’accompagnement ou soutien financier. Tous ces Jeunes sont sur terrain, déterminés pour la défense de la cause noble de l’environnement dans leurs milieux respectifs et ce qui nous a encouragé et nous a donné de l’espoir d’avoir une planète saine et vivable pour la prospérité de tous.

Scroll to Top